AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Besoin de vêtements [Privé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron T. Parker

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 06/04/2009

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): Aucun.

MessageSujet: Besoin de vêtements [Privé]   Mer 8 Avr - 9:59

    Cela faisait quelques jours que tout était arrivé, que la famille Parker avait été à priori tuée, selon certains journaux. Selon d'autres, il n'y avait que les parents de décédés et le fils était le coupable, et selon d'autres encore, le fils avait disparu et aurait été à priori kidnappé par le tueur.
    Cependant, toutes les thèses étaient justes mais toutes étaient fausses en même temps. Oui, toute la famille avait été tuée, car dans un sens, Aaron n'était plus un être humain normal, mais dans un autre il était toujours en vie. Oui, ses parents étaient décédés mais non il n'était en rien responsable de tout ça, et il n'avait pas été kidnappé par le tueur mais pratiquement tué par celui-ci, et il s'était juste enfui en voyant les corps de ses parents gisant sur le sol, et en ressentant cette étrange faim à la vue et à l'odeur de leur sang.
    Bref, aucun des journaux n'avait tort mais aucun n'avait faux. La police privilégiait la deuxième hypothèse, car il y'avait beaucoup de choses étranges dans ce meurtre, mais elle ne pouvait rien prouver. C'était pourquoi parfois Aaron avait envie d'aller au commissariat mais il ne voyait pas quoi leur expliquer, et si il mentait, il avait peur qu'ils apprennent la vérité et que ça soit pire.
    Le jeune homme était donc dans les rues de Forks depuis, errant, désorienté et perdu, évitant au maximum de croiser des êtres humains, attiré par le bruit de leur cœur, par leur sang qu'il pouvait sentir couler dans leurs veines. Il n'avait pas envie de devenir un monstre, pas comme Mary qui avait tué ses parents et qu'il l'avait rendu ainsi. Il s'était aperçu qu'il avait changé, en même temps, ce n'était pas très dur à voir. Entre sa vitesse phénoménale, sa faim étrange à la vue du sang, le fait qu'il ne se soit pas nourri de choses normales depuis le meurtre, le fait qu'il ait cicatrisé aussi vite, l'effet du soleil sur sa peau et son charme incroyable ainsi que sa peau pâle et le fait qu'il n'ait pas dormi depuis le meurtre, tout laissait présager une sorte de transformation en vampire, comme l'avaient évoqué les agents de police à propos de la manière dont ses parents avaient tué. Cependant, ces agents pensaient que c'était un humain qui avait reproduit une sorte de mythe, mais Aaron se demandait si le mythe n'était pas devenu réalité.
    Le jeune homme errait donc depuis dans les rues de Forks, totalement perdu. Il ne s'était pas changé depuis, et ses vêtements commençaient à être assez sale. Lui qui n'aimait pas porter deux jours de suite la même chose, c'était un comble. Il se décida donc cette après-midi là à aller voler quelques trucs dans une boutique du centre ville, en espérant ne pas être trop attiré par les humains qui y seraient. Il entra dans une des boutiques où il y'avait le moins de personnes, une dizaine environ. Il marchait lentement entre les rayons, tandis que certaines personnes le regardait étrangement, surement à cause de son look assez sale. Il prenait quelques habits dans les rayons en essayant de faire en sorte que personne ne le voye, et commença à chercher lentement un jean, en cachant le tee-shirt et le pull qu'il avait mit dans un sac à dos trouvé vers une poubelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristin Cross
Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 28/11/2008

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): s'attirer les emm****s

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Mer 8 Avr - 10:51

Les époques changent, c’est certain. Pourtant, les gens, eux, restent les mêmes. Partout, toujours, il y a certaines catégories de personnes, ils se reconnaissent, se regroupent entre eux. C’est d’ailleurs assez étrange, car c’est comme s’ils savaient d’instinct avec qui ils auraient des affinités ou non. On pourrait facilement supposer à cela une sorte de sixième sens, mais Kristin n’en croyait rien. Pour elle, il ne fallait pas surévaluer le genre humain, la réponse était beaucoup plus simple : le physique. Les mêmes types d’individus se repéraient grâce à l’apparence commune qu’ils avaient choisi d’exposer aux yeux de tous. Ensuite, ils toléraient facilement l’entrée imprévue d’un de leurs pairs.

D’ailleurs, en voyant marcher bien devant elle un groupe de jeunes filles gloussant fort et faisant de grands gestes exubérant, Kristin ne parvenait pas à penser à autre chose qu’à cela. Les gourgandines d’il y avait un siècle étaient-elles vraiment pire que celle qui la distançaient à cette sortie shopping avec elle-même. Rien n’était moins sûr. Car celles-ci, au moins, avaient un âge et un statut où on peut désirer se faire remarquer par ces messieurs. Alors que sa nouvelle famille, les Cullen, visait la discrétion. Des filles innocentes qui jouaient aux grandes comme les enfants jouent aux poupées.

Néanmoins, Kristin ne s’attarda pas à cela et se laissa facilement distancer par le groupe de jeunes filles. Alice, sa sœur de coeur, lui avait confié le soin d’acheter quelques vêtements pour remplir sa garde robe déjà saturée. La petite brune pensait que c’était là une bonne idée, dans la mesure où ça offrait l’occasion de s’offrir une bonne toilette pour l’évènement. Lequel? Kristin ne savait pas. Mais d’un autre côté, Kristin abordait aujourd’hui une nouvelle tenue offerte par Alice. C’était une robe noir a dentelles s’arrêtant sous les genoux, pourvue d’une jolie ruban qui enserrait sa taille et faisait ressortir la clarté de son regard émeraude. Dans ses cheveux blond, un autre ruban noir jouait avec quelques mèches argentés.

La majorité des personnes avançaient, gaiement, vers un nouveau magasin de vêtement déjà bondé, le prestigieux magasin de Tissard et Brodette. Kristin elle, par contre, prenait son temps. Ses pas étaient légers et souples mais formaient un ensemble de petites foulées ralenties qui donnaient l’impression qu’elle affectait un grand intérêt à l’une ou l’autre devanture de magasin. Son regard tombait d’ailleurs sur les articles exhibés derrière les vitrines, mais une sorte d’indifférence teintait cette légère pointe de curiosité. Elle ne faisait qu’effleurer du regard les articles, avant de s’en détourner, pour fixer dans un bref instant une couleur nouvelle ou un mouvement qui attirait son attention.

Rien ne parvenait à retenir concrètement son attention, aussi se contenta-t-elle d’avancer un peu au hasard entre les magasins et les passants pressés. De loin, elle voyait les cheveux bronze d‘un jeune homme lui rappellent son bel Edward, mais elle s’exhorta à ne pas y penser et à continuer sa déambulation paresseuse. C’était bien, parfois, de simplement se laisser aller à ne rien faire d’important. Le tumulte joyeux et enfiévré de l’avenue marchande lui donnait l’impression de marcher dans un rêve où les gens tournent autour de vous, sans jamais croiser votre regard. Le bruit de fond, animé et diversifié, permettait de se sentir bien plus à son aise que dans le hall du Lycée où chacun observait le silence et se jugeait pour une poignée d’imbécillités futiles.

La demoiselle pensa confusément qu’une attaque de vampires aurait pu se produire sans que quiconque ne réagisse immédiatement à cause de tout ce tumulte. Mais cette idée n’eut pas le temps de s’approfondir dans son esprit alors que ses yeux captaient les couleurs chaudes et tentatrices d’un magasin de confiserie spécialisé dans la vente de chocolats. Elle poussa un petit soupir en admirant les formes rondes et délicates, presque trop parfaites des douceurs alignées en rang d’oignons. Le marron était presque brillant sous les reflets de la lumière et les autres couleurs ne faisaient que rehausser l’aspect bien trop tentateur des chocolats, marrons, pralines et autres petits plaisirs à base de cacao. Elle hésita un instant à entrer, mais se ravisa, pensant qu’il serait toujours temps de revenir plus tard.

A la place, elle continua de profiter des lampes de l’allée principale sans tâche blanche, qui rendait ses joues, habituellement pâles, rosées par le froid. Il n’y avait pas de meilleur temps qu’une froide journée pour être seul. Toute l’allée semblait illuminée d'un halo froid et synthétique, voire même prudent. C’était beau, mais très fatigant. Toute cette vive et pure lumière, pourtant filtrée par l’étroitesse de la rue, rendait son œil moins vif et plus engourdi.

Ses pas finirent par la mener face à un magasin non identifié où elle fut absolument captivée, par la non foule qui l’occupait.
Elle en était encore à le détailler quand elle avisa à travers la vitrine une autre forme immobile, ou du moins arrêtée près des Jeans, dans toute la non masse grouillante de personnes affairées. Ses yeux se redressèrent pour tenter de l’observer, mais ce faisant, elle perdit la capacité de trouver le bon angle pour faire de la vitrine un miroir et fut confrontée aux prestigieux produits du magasin : trois mannequins apprêtés de robes sobres mais élégantes et d’accessoires splendides, aux prix inhumains. Elle soupira un peu plus fort que d’habitude et prit une résolution qui, elle le devinait, serait plus fort probablement une source d’embarras que de profit. Pourtant, il arrive parfois que l’on puisse être surpris à un moment où on n’attend rien de particulier, sinon que le temps passe.

Elle soupira donc avec lassitude et pénétra dans le magasin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron T. Parker

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 06/04/2009

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): Aucun.

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Mer 8 Avr - 11:27

    Le magasin, coincé dans une grande avenue entre d'autres, était l'un des seuls à avoir aussi peu de monde. Pourtant, la devanture était attrayante, il y'avait de très jolies choses, mais c'était surement les prix exorbitants qui faisaient reculer tous les passants. Malgré ces prix, une dizaine de personnes étaient entrain de chercher des vêtements dans les rayons. Surtout des femmes, il n'y avait que deux hommes, y comprit Aaron.
    Ce dernier était devant des jeans très chères, mais le prix lui importait peu car il comptait les voler. C'était très mal, certes, surtout quand on savait tout l'argent qu'il avait, avec son père médecin, mais il ne pouvait pas rentrer chez lui comme si de rien était pour aller prendre sa carte bancaire. Il avait donc envisagé, il y'avait déjà deux jours, de voler des vêtements dans une boutique, en espérant ne pas se faire prendre. Au pire, il pourrait toujours courir, et vu la vitesse à laquelle il allait, personne ne pourrait le rattraper, peut-être même pas une voiture. Il ne savait pas encore qu'user ses pouvoirs en public était passible de la peine de mort par les Volturis, de toute façon, il ne les connaissaient même pas.
    Le jeune homme était donc devant des jeans, son sac à dos un mité et légèrement sale sur le dos. Son tee-shirt d'origine bleu clair était passé à légèrement noir, avec quelques taches un peu partout. Il faut dire que les endroits où il dormait - souvent par terre dans des ruelles - étaient loin d'être propres. Et puis, il passait ses journées à airer ci et là, parfois dans la forêt, où la boue ne cessait de le tacher encore davantage. Son jean était troué vers le bas et bien marron également, et ses chaussures étaient complètement pourries par la boue. Si il s'était vu quelques jours auparavant, lorsque ses parents étaient encore en vie et que tout ça n'avait pas commencé, il aurait surement fait une attaque cardiaque. Lui qui aimait tellement être parfait, avoir un style vestimentaire irréprochable, et bien c'était loin d'être le cas en ce moment. Il était plutôt avec une style mendiant, et même pire.
    Bref, le jeune homme comptait bien remédier à ça en prenant de nouveaux vêtements, il serait ainsi un peu plus à l'aise, et il faudrait aussi qu'il pense à prendre une douche, mais où ? Il n'allait pas s'introduire chez des gens pendant leur absence pour aller prendre une douche dans leur salle de bain ! Quoi que, c'était peut-être une possibilité. Après tout, il n'était plus à ça prêt quand on savait qu'il était entrain de voler des habits dans un magasin qui n'avait pas de prix en dessous de 100$.
    Le jeune Parker regardait les jeans, sous les yeux outrés, dégoutés, choqués et surpris des clients qui passaient à côté de lui. Certains faisaient même de grands détours, au cas où il ait la peste surement. Mais il s'en fichait, tout ce qu'il voulait c'était des vêtements, le regard des autres il s'en fichait à présent, tant que personne ne le reconnaissait comme étant le fils Parker, tout irait bien. Malgré le fait que les caissières commençaient à se poser des questions et le surveillaient un peu trop à son goût. Il ne pouvait plus faire un mouvement sans être épier soit par un client, soit par une caissière soit par des caméras de surveillance qu'il venait tout juste de remarquer accrochés un peu plus loin. Après tout c'était logique qu'il y'en ait dans un magasin aussi cher, il espérait juste qu'elles ne soient là que pour dissuader les voleurs comme lui et qu'elles ne marchent pas, car souvent c'était le cas.
    Il continua cependant ses emplettes illégales, en faisant en sorte que personne ne le voit, ce qui était plus aisé avec sa vitesse impressionnante et son étonnante souplesse. Il pouvait prendre un jean et le mettre dans son sac à dos posé à présent par terre en à peine une seconde sans que quiconque le remarque. Et ce fut d'ailleurs ce qu'il fit. Il ferma lentement son sac puis le mit sur ses épaules et commença à s'avancer lentement vers les boxer, car il lui fallait aussi des sous vêtements propres, mais ça allait être plus délicats car ils étaient situés à quelques mètres de la caisse où étaient les responsables du magasin qui ne cessaient donc de jeter des regards vers lui, se doutant surement qu'il allait voler quelque chose.
    D'ailleurs, elles allaient surement lui demander d'ouvrir son sac à la sortie, il n'y avait pas penser. Il allait falloir qu'il trouve un moyen d'éviter cette petite fouille. Et puis, sortir sans rien quand on était aussi mal vêtu, c'était très suspect, et ça renforçait encore davantage l'idée du contrôle de son sac à dos. Mais il se demandait si c'était légal, si elles avaient le droit de lui faire ouvrir son sac à dos sans être des vigiles ou quelque chose comme ça. Il allait essayer cet argument au pire, peut-être que cela marcherait.
    Bref, il continuait de chercher des boxers à sa taille et qui soit potable. Il vit du coin de l'œil une jeune fille rentrer dans le magasin et tourna la tête vers elle, car son odeur était particulière. Ses yeux commençaient à devenir bordeaux sombre, laissant le bleu si intense s'effacer lentement, mais il ne l'avait pas encore remarqué, et de toute façon, ils étaient tout aussi captivants.
    Il riva ses yeux particuliers vers la jeune femme et la regarda intensément, sentant son odeur délicieuse arriver jusqu'à ses narines si perfectionnées à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristin Cross
Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 28/11/2008

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): s'attirer les emm****s

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Mer 8 Avr - 20:20


Les vampires marchent la tête haute, observant le monde les yeux dans les yeux dans un duel aux allures de défis pour la population qui côtoie le monde à leurs côtés. Ils sont fiers, arrogants, et n’ont de cesse de se revendiquer d’être les meilleurs entre eux. Ils crachent leur venin dans le vide, tentant désespérément de faire mouche et d’impressionner les faibles qui ne se rendent pas compte que leur idole brasse de l’air pour rien. Oui, les rangs des vampires étaient à ce point souiller par la sottise qu’engendre la vanité déplacée et l’ingrat privilège d’un sang immérité. Et parce qu’ils ont cette insolence de gosses pourris, ils ne regardent jamais où ils mettent les pieds. Le sol doit être plat et lisse, parfait à leur prétendue image, mais ils ne s’abaisseront jamais à le remarquer. Aussi, s’ils ne regardent pas à terre, cela leur arrive-t-il de faire un faux mouvement dans leur démarche pourtant si assurée au port altier qu’ils se donnent tous.

Cela était déjà arrivé à Kirstin. Dans les escaliers chez les Cullen, en descendant les marches de leur presque manoir. Pourquoi et comment, elle n’en avait aucune idée, mais toujours est-il qu’elle avait interprété le monde au lieu de le voir : elle avait imaginé que la dernière marche était passée et elle voulut avancer. L’erreur était qu’il restait une marche. Une seule, sur laquelle son pied ne se posa pas et qui fit tomber avec surprise le corps de la jolie petite blonde plus bas qu’elle n’aurait pu l’envisager. Il n’y eut pas de casse, si ce n’est une légère titubation fort disgracieuse, mais cela donna une impression troublante, presque dérangeante à la belle. Cette impression qu’on se fait du corps qui tombe en chute libre mais du cœur qui remonte, essayant de perforer la poitrine. Et bien c’était exactement ce qu’elle avait ressenti. Un moment de flottement angoissant par sa soudaineté et sa violence proportionnelle au corps de la jeune fille, mais aussi un instant grisant de par la sensation unique et nouvelle : une autre pierre à l’édifice de son existence, si infime soit-elle.

Tout cela pour dire et expliquer comme il se doit la folle impression qui submergea Kristin lorsqu’elle pénétra dans la boutique pour réellement capter la silhouette entraperçue dans le reflet incertain de la vitrine. En voyant la jeune homme face à elle, ce qu’elle ressentit fut, ni plus ni moins, l’égal de son pied perdu dans un infini insoupçonné et si rapidement traversé. Le flottement, angoissant et grisant, d’une étape que l’on a ratée. Ou d’une à franchir que l’on avait pas remarqué avant de s’y voir confronté. Comme la dernière marche d’un escalier ascendant ; le chemin vers la gloire de soi.

La personne face à elle renvoya à Kristin une image de beauté souillée, sale mais belle comme le reflet de la vitrine, un miroir déformant. La beau jeune homme était brun, avec une peau de perle de lait, comme la sienne mais pourtant si différente et un air faussement calme, profondément aiguisé sur ses traits fins et d’une élégance rare. Cela la perturba ; dans son for intérieur, la petite blonde se voyait comme cela, dans une version idéalisée d’elle-même. Un vampire jugea-t-elle à son allure, un comme Kristin n’avait pas encore eu l’occasion d’en rencontrer, elle le sentait. Que se soient les Cullen ou bien Gabriel, tous avait était d’une classe surnaturelle Toute cette présence, ce charisme simple mais brut, presque sauvage, en vérité. C’était bien loin de la nunucherie habituelle noyée dans un torrent de coquetterie frivole.

Mais ce qui divergeait chez l’un et l’autre étaient les yeux. Ceux de l’étranger étaient d’un bleue si limpide, si pur, qu’on aurait dit deux perles délicatement tintées de la couleur du saphir, deux bijoux rares et nouveaux, froid mais précieux, dans lesquels la lumière se jouait de la nature et irradiait plus que jamais. Ses yeux transcendaient tout son visage. Par contre, les yeux de Kristin étaient verts et puissants, obligeant à la fuite grand nombre de personne. Chose extrêmement rare chez une humaine, les yeux de la belle n’étaient pas deux fenêtres vitreuses sur le néant émotionnel de leur propriétaires, ils étaient plutôt deux scènes de théâtre, ouvertes sur le feu qui brûlait en Kristin.

Kristin devait lever ses yeux pour rencontrer ceux du jeune homme et elle le fit sans en ressentir un quelconque pincement d’orgueil mal placé venir la titiller. C’était si irréel, deux âmes dans la foule qui semblait se reconnaître, dans un face à face improvisé que même le destin n’aurait su prévoir. Si la petite blonde était cynique, elle aurait sûrement dit que cela était magique. Mais elle se refusât à buter sur l’aspect si étrangement familier et pourtant éloigné d’elle que lui cet être singulier. Parfois le plus pur des animaux, dont la fourrure est la plus chère et les griffes sont les plus tranchantes, peut être le plus inadapté à son environnement et celui prêt à céder le monde à tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron T. Parker

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 06/04/2009

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): Aucun.

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Mer 8 Avr - 20:56

    Le jeune Parker était devant les boxers. Ils étaient tous assez chers et certains étaient tout à fait ridicules. Des choses qu'il ne porterait jamais. Il aimait les boxers sobres, de couleurs parfois, mais sans petits pois ou dessins. Et là, il y'en avait, mais le pire, c'est qu'ils étaient très chers, alors que Aaron les trouvait très moche. Mais bon, chacun ses gouts.
    Bref, le jeune homme regardait les boxer et se demandait lequel il allait mettre dans son sac à dos, et également comment il allait le faire. Peut-être d'une manière très simple, il allait le prendre, aller dans un autre rayon pour faire semblant de chercher quelque chose puis le mettre dans son sac mine de rien, comme il l'avait fait pour les autres vêtements. Il espérait que ça passe inaperçu, même si il y'avait peu de chance à cela. Après tout, un homme avec une apparence aussi sale qui était visiblement démuni d'argent, et qui rentrait dans un magasin qui était réservé aux gens assez aisés, c'était assez atypique pour qu'on y prête attention, et les caissières semblaient l'avoir comprit puisqu'elles ne cessaient de regarder Aaron, pas très discrètement d'ailleurs. Heureusement qu'elles ne se trompaient pas, sinon elles auraient fait mauvaise impression face à la clientèle.
    Aaron allait choisir un vêtement quand il vit du coin de l'œil la porte s'ouvrir. Il jeta alors un regard, simplement pour voir qui était rentré, par curiosité, car c'était un de ses gros défaut. Ses yeux se posèrent alors sur une jeune fille très particulière. Elle avait une odeur si alléchante. L'air qui s'engouffrait dans la boutique par la porte ouverte portait le parfum de sa peau jusqu'aux narines du jeune Parker. Ce dernier cru défaillir un instant. Il n'avait jamais sentit un parfum comme le sien. A la fois doux et frais, mais aussi piquant et amer. Mais le tout se mariait à merveille et donnait un mélange très original et divin.
    Aaron ouvrit ses narines en grands, afin de capter au maximum ce parfum. Mais il cessa bien vite, car il ressentait une étrange sensation, quelque chose qui le faisait revenir à Mary, à cette vampire cruelle et sans âme, à ce qu'il ne voulait pas être. Il y'avait tellement de chose qui se rapportait à elle, et il essayait d'éviter au maximum tout ça, car il ne voulait surtout pas devenir comme elle, même pas être un semblable de son image, de ce qu'elle était. Il ne voulait pas être un monstre. Et à force de respirer le parfum de cette jeune femme qui venait d'entrer, il risquait de le devenir, et il ne le voulait pas. Car au fond de lui, il sentait que si il continuait, l'envie qui l'avait dérouté lorsqu'il avait vu le sang de ses parents allait renaitre, et ça il ne le souhaitait pas, bien qu'il la sente présente à chaque pas, à chaque geste qu'il faisait, à chaque seconde qu'il vivait. Mais il essayait toujours de la révulser, de la vaincre, et il savait que ce n'était pas en l'alimentant avec ce parfum délicieux qu'il allait progresser.
    Bref, le jeune homme porta lentement sa main à son nez et se cache les narines lentement, mais ses yeux étaient à présent absorbés par ceux si atypiques de la jeune femme. D'habitude, les êtres humains avaient des yeux qui reflétaient leur âme, qui reflétaient ce qu'ils voulaient, ce qu'ils pensaient, ce qu'ils ressentaient. Mais au contraire, ceux de la jeune inconnue reflétait plutôt une sorte de barrière, mais une barrière qu'on avait tellement envie de franchir qu'on s'y accrochait, et qu'on luttait contre elle. Et c'était dans ce sens là que ses yeux absorbaient, car on voulait aller plus loin que son regard, mais on n'y arrivait pas. Et en ce moment, le jeune Parker était entrain d'essayer.
    Ses yeux bleus intenses et envoutant plongeaient dans ceux verts, durs et captivants et il sentait alors quelque chose de particulier entre eux, comme si ils se connaissaient, mais ce n'était pas le cas, il s'en serait souvenu. Il se retourna lentement vers la jeune femme, esquissa un léger sourire indéfiniment charmeur, puis commença à marcher lentement vers le fond du magasin, en jetant parfois des regards vers elle, en captant à chaque fois ses yeux, espérant qu'elle le suivrait. Il répondait en ce moment même, malgré sa répulsion, à ses envies morbides, monstrueuses que Mary lui avait injecté lors de sa morsure. Ces envies qu'il ne voulait pas s'avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristin Cross
Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 28/11/2008

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): s'attirer les emm****s

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Jeu 9 Avr - 9:23

L’envie de s’échapper du monde prit la demoiselle aux tripes. La liberté sans condition, sans jugement, le libre arbitre sans jury, la conscience sans morale. Tous ces sentiments étaient douloureusement réveillés en elle par ce visage doux et calme, presque dangereux.

Il fallait qu’elle en ait le cœur net. Son esprit brassa rapidement toutes les alternatives possibles, toutes les façons qu’elle avait d’adresser la parole à cet être, ce prédateur. Kristin était sûre de l’avoir déjà vu et la candeur de ses traits affirmait son origine morbide, mais il lui était impossible de remettre un nom sur ce visage. Car, étrangement, Kristin avait beaucoup plus de facilités à retenir le nom des petites vampires qui paradaient dans chaque recoins de Forks. Elle les trouvait si fascinant.

« Magnifiques toilettes, n’est-ce pas ? »

Demanda une dame d’un certain âge avec un ton qui, s’il n’avait rien de désagréable, n’était pas spécialement chaud non plus. En fait, la robe qui se tenait fièrement devant Kristin était vraiment sublime. D’un rouge sang, écarlate, elle était ouverte sur le flanc gauche et pouvait transformer n’importe quelle jeune fille en une radieuse jeune femme, une succube.


« Vraiment très élégante en effet. »

La vielle dame avait pensé à se présenter à Kristin mais avait trouvé cela inapproprié : qu’aurait-elle dit si une vielle femme, même classe comme elle, s’avançait vers elle dans le seul but d'échanger entre elles quelques banalités à pleurer ? Sûrement rien de bon. Outre cela, elle ne se voyait pas commencer à déblatérer un flot insipides de paroles sur le sujet brûlant de ce mois-ci, le « hot topic » par excellence : le bal de Printemps. Pourtant, les robes qu’elle désigna d’un bref coup de menton semblaient tout droit sorties de ce sujet honnit. Un bal pour la renaissance qui laissait Kristin fort déçue, de ne pas avoir été invitée par son éloigné Edward. Une certaine déception, pas d’Edward, non, mais d’elle-même et de cette attente ridicule pour une frivolité humaine.

Mais tout cela semblait si improbable que la petite blonde se sentait devenir défaitiste. Elle ne voulait pas parler du bal, pas en sachant qu’à l’heure actuelle, si elle y allait, ce serait en tant que grande perdante.

Elle retourna son propre regard vers la vitrine et ses yeux glissèrent une nouvelle fois sur les tissus soyeux exposés. Quelle fille n’avait jamais rêvé d’être une princesse ? Kristin aurait voulu être la Reine. De quoi ? Aucune idée, mais de quelque chose de suffisamment important pour qu’elle s’y sente bien. Elle détourna ses yeux coupables de faiblesse et d’envie pour les reposer sur la vielle femme.


« Je vous prie de m’excuser. »

Ah tiens. Cela laissait supposer que Kristin, elle, avait l’intention de rentrer. Vraiment ? Le magasin derrière elle n’avait pas la prétention d’égaler Tissard et Brodette, néanmoins il jouissait d’un luxe certain – davantage que d’un certain luxe, d’ailleurs – et conviendrait parfaitement pour Kristin. Ici, on pouvait faire reprendre les vêtements ou commander l’objet de ses rêves, moyennant finances. Mais Kristin voulait vraiment rester ici pour dénicher une perle rare pour Alice et Rosalie. Ainsi en fuyant la dame elle s’était dangereusement rapprocher de l’inconnu vampire. Comment avait-elle pu l’oublier.

Une glaciale caresse de la part d’un vent pourtant non présent fouetta les joues pâles de la belle qui frissonna et repensa avec délice aux chocolats du magasin voisin. Oui, assurément, elle irait y faire un tour après ses emplettes. Du chocolat chaud accompagné de chocolat glacé ou en meringue, il n’y avait rien de plus idéal pour les petits froids.
Sentant la fameuse présente derrière elle, Kristin fit volte face et encra à nouveau avec ferveur ses yeux dans ceux du jeune homme, duel optique au désir incongru.

*Vampire*

Le mot coula dans son esprit comme une insanité particulièrement grossière que la jeune fille déplorait à devoir énoncer. Et cet évènement provoquait tant de rancœur chez la belle que cela n’était pas étonnant. Elle patienta une seconde repensant à Gabriel qui l’avait torturé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron T. Parker

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 06/04/2009

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): Aucun.

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Jeu 9 Avr - 10:25

    Aaron commença donc lentement à s'éloigner, avec une grâce qui lui aurait été étrangère quelques jours auparavant. Une démarche qui allait parfaitement à contre sens avec son allure très peu élégante. Il semblait flotter sur l'air, caresser simplement le sol avec ses pieds. Il avait également remarqué cela depuis qu'il avait été mordu par Mary, il n'était plus le même jusque dans ses mouvements. Oui, définitivement, il n'était plus du tout le même homme. Tout en lui avait changé. Son physique, ses mouvements, son caractère et même sa vie. Il n'était plus le Aaron Parker arrivé quelques jours auparavant dans cette petite ville de quelques milliers d'habitants. Il n'était plus du tout le même, et il se demandait si un jour il pourrait redevenir un semblant de ce qu'il était.
    D'ailleurs, depuis que tout cela avait commencé, il essayait d'atteindre ce but. Il se forçait à résister à cette envie pourtant si présente en lui. Cette pulsion qui, si il ne s'était pas retenu, l'aurait fait se jeter sur tous les humains qu'il croisait. Entendre leur cœur battre si distinctement, leur sang couler dans leurs veines, alors qu'il désirait, au plus profond de lui, dans une envie inavouée, se nourrir de ce sang. C'était comme si on lui avait mit le plat le plus délicieux qu'il ait jamais gouté mélangé à de la drogue devant lui lors de la mort de ses parents, qu'il ait humé la fragrance de ce met et que depuis, à chaque fois que son odorat surdéveloppé sente cette même odeur, il ne désire plus qu'une chose, c'est pouvoir gouter à ce délicieux plat.
    Lorsque la jeune femme était entré dans la boutique, quelque chose de très anormal c'était passé en lui. Lorsque le parfum si particulier de la jeune femme s'était aventuré jusqu'à ses narines, il avait cru devenir fou. Il n'avait jamais sentit pareil odeur. Elle ne faisait que renforcer son appétit, il voulait gouter à sa peau, à son sang. Il voulait pouvoir plonger, à la manière de Mary, ses dents dans son cou, pour ensuite pouvoir s'abreuver.
    Mais heureusement, il restait encore en lui une once de contrôle, et il se retenait, tant bien que mal. Si il avait pu, il serait parti en courant, mais il ne pouvait pas alors qu'il était entrain de voler des vêtements, et puis, elle était juste là, devant la porte de la boutique, si il passait à côté d'elle avec l'air qui s'engouffrait dans la pièce et qui menait parfaitement son odeur, c'était la folie assurée et la mort de la jeune femme.
    Il préféra donc s'éloigner, mais le parfum de cette inconnue le suivait, et il ne savait pas si il pourrait résister longtemps. Il entama sans le vouloir, une sorte de jeu de séduction. En s'éloignant, il lança des regards pleins de charme et d'intensité à la belle blonde qu'il vit échanger quelques paroles avec une vieille dame. Il continua cependant de marcher, et alors, la belle jeune femme se retrouva à quelques mètres de lui. Ils échangèrent un nouveau regard, et un sourire naquit sur les lèvres si parfaites du beau vampire. Ce dernier continua de marcher lentement, commençant à tourner autour de sa proie, en contournant lentement les rayons, à la manière d'un lion en présence d'une frêle gazelle. Sans le vouloir, il était entrain de montrer tout les signes du monstre qu'il ne désirait pas devenir. Comme si l'envie, la faim, et ce sang à priori diabolique, prenait le pas sur sa raison et son humanité restante. Une seule chose passer à présent par son esprit, et cette chose, c'était l'envie de gouter au sang de cette jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristin Cross
Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...Will I be... denied? Christ ! God! My suicide...
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Miroir Miroir, Who Are You ? :
Date d'inscription : 28/11/2008

YOUR HIDDEN SIDE ?!
Âge du personnage: 17 ans
Don (Facultatif): s'attirer les emm****s

MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   Sam 18 Avr - 16:03



Kristin considérait résolument, dans un profond désarroi aussi virulemment douloureux qu’offusquement désagréable, le beau mais sale vampire intégralement dévoilait à ses yeux, sur lequel s’étirait, avec grâce, un élégante sourire carnassier des plus familier mais qui irradiait cependant d’une étouffante suffisance à peine dissimulée sous la beauté statique de ses soyeux traits fasciations. La jeune femme s’humecta lentement les lèvres dans la discrète expression physique d’un titanesque et courageux effort de son esprit, concentré sur la reprise d’un contrôle déjà vacillant sur ses tumultueuses émotions naissantes, se risquant vainement à infléchir de sa ferme volonté la réaction violente qui tentait pourtant de s’emparer d’elle avec virtuosité, tordant déjà l’emprise solide de ses mains pâles sous une colère aussi furieuse que dévastatrice.

Par quels sournois enfers ce perfide cauchemar renié de ses propres craintes se déversait-il malgré elle, de son inconscient déchiré par la dualité jusque dans la réalité ? Et comment l’intrépide vampire de ce magasin osait-il se délectait visuellement d’elle de la sorte ? Avait-il donc encore quelque chose à se prouver en proposant de cette façon guère orthodoxe un unique service de messager de la mort ? Ne craignait-il pas d’irréversiblement tâcher sa noble réputation d’héritier de puissante lignée par une suffisance mal placée et une avidité sans limites, allant jusque vendre au plus offrant, chair et visage feint d’émotions pour quelques gouttes de sang ?

Et d’ailleurs, quelles diaboliques consciences sadiques et purulentes avaient bien pu pervertir et dominer d’une impardonnable arrogance, la lucidité habituellement si matérialiste et pragmatique de l’auteur de ce sourire, corrodant grièvement son discernement de sénescence pour qu’une pareille pensée, si extravagante et déraisonnable, n’investisse sérieusement son mental ? Avait-il seulement pensé un seul instant à ce que ressentirait Kristin devant l’indéniable preuve de son grossier manque de considération à son égard ? Mais enfin que recherchait-il en se comportant avec tant de légèreté et de désinvolture ? Etait-ce pure provocation ou n’avait-ce en rien rapport avec la blonde aux yeux clairs ?

L’incompréhension soudaine de la belle se mêlait fanatiquement d’une farouche bouffée de fierté à une profonde sensation de malaise car l’individu masculin qui avait étirait son sourire, lui semblait nettement plus étranger à son âme que le souvenir du jeune garçon dont elle était amoureuse. L’espace d’un très bref instant, Kristin douta existentiellement de la claire signification des crépitations sincères qui grésillait en son être, de la réelle nature des sentiments qui menaçaient de la happer violement hors de son habituel self-control. Etait-ce vraiment de la colère ? Ou bien une honteuse jalousie ?


HJ : Désolée si je met un peu de temps à répondre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin de vêtements [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin de vêtements [Privé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Le secteur privé répond à l'appel, L'AGERCA a besoin de volontaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOONLIGHT&TWILIGHT ™ :: ▪ FORKS ▪ :: Complexes Boutiques-
Sauter vers: